Les 10 règles d’or de l’allaitement

Quand tu deviens maman, tu le sais, les choses ne se passent pas toujours comme tu les avais prévues. Et s’il y a bien un domaine dans lequel on se sent parfois un peu perdue, en tant que jeune maman, c’est celui de l’allaitement.

Aujourd’hui, c’est le dernier jour de la semaine de l’allaitement, alors je souhaitais partager avec toi le B.A.-BA de ce qu’il faut savoir quand on veut allaiter le plus sereinement possible.

 

Semaine de l'allaitement 2016

 

Les tétées, c’est à volonté !

On a souvent de fausses idées en tête, comme celle qu’un nouveau-né tête à peu près toutes les 3h. Il n’y a rien de plus faux ! En réalité, cette idée se base sur l’alimentation des bébés nourris au lait artificiel donc oublie-la !

Parfois, à la maternité, on te dit même de noter l’heure de la tétée, combien de temps, quel sein, etc. C’est non seulement inutile mais ça risque d’ajouter une pression supplémentaire dans ton esprit de nouvelle maman. Alors ne te pose pas trop de questions. Bébé a faim ? Fais le téter même si tu lui as donné il y a 30 mn !

Plus tu donneras souvent, plus tu auras du lait donc… Vas-y, fais pas ta radine ! Sarcastique

L’allaitement est naturel mais pas inné…

Hé oui ! On a tendance à penser que comme c’est naturel, ça va être figers in the nose… Mais non, quand on allaite, ce n’est pas toujours facile, on a besoin d’être bien conseillée et c’est là que ça se gâte…

Car à partir des années 70, le mouvement de libération de la femme a été un facteur important du développement de la consommation de lait artificiel. L’entraide et les conseils entre femmes, qui se transmettaient de génération en génération, a disparu au fil du temps. Si bien qu’aujourd’hui, nombreuses sont les jeunes mamans démunies lorsqu’elles rencontrent des difficultés dans leur allaitement.

Alors évidemment, elles se tournent vers le personnel médical, censé être le mieux placé. Mais là encore, on est bien souvent face à des praticiens, peu qualifiés dans le domaine, qui empirent les choses en transmettant des légendes urbaines et conseils erronés (le Dr Pilliot, spécialiste de l’allaitement, m’avait indiqué qu’un médecin ne suivait que 2h de cours sur le sujet au cours de ses études. Navrant…).

Il faut donc s’informer auprès des personnes qui maîtrisent vraiment le sujet ! Le bouche à oreille peut permettre de trouver LE bon médecin qui s’intéresse vraiment au sujet et s’est auto-formé. Tu peux aussi trouver de l’aide auprès de certains organismes, notamment La Leche League dont le site est une mine d’informations et dont les bénévoles conseillent et soutiennent les parents qui en ont besoin.

Favoriser la proximité

Il n’y a rien de plus magique que le peau à peau ou le portage avec sa petite crevette alors pourquoi s’en priver ? Ces moments privilégiés sont non seulement du pur bonheur mais ils favorisent l’allaitement à la demande. Pour se faire, l’écharpe de portage est un indispensable dès la maternité ! Elle permettra de répondre au besoin d’attachement de ton tout-petit en te laissant les mains libres pour vaquer à tes occupations, partir en balade, etc.

Peau à peau

La nuit, le cododo est aussi tout indiqué pour allaiter et se reposer plus facilement.

Tout comme dans son propre lit, quelques règles de sécurité sont nécessaires au cododo :

  • Bébé sur le dos ou légèrement de côté quand il tête mais jamais sur le ventre
  • Un matelas ferme
  • Pas de couverture sur bébé (le placer au dessus de la couette est idéal)
  • Pas d’oreiller à portée de son visage
  • Un coussin d’allaitement pour l’empêcher de tomber du lit ou empêcher papa de se retourner sur lui
  • Une chambre à bonne température (entre 18 et 20°C)

Attention, le cododo NE DOIT PAS être pratiqué si l’un des parents a fumé, bu de l’alcool, pris des drogues ou médicaments engendrant des somnolences.

Si tu n’es pas à l’aise avec le cododo, tu peux aussi mettre ton loulou dans un berceau à côté de ton lit. Il est recommandé de garder bébé dans la chambre des parents jusqu’à au moins 6 mois pour réduire les risques de mort subite du nourrisson.

Etre soutenue par le papa

C’est une des conditions sine qua non : que le papa prenne part à ce choix. Si celui-ci est réfractaire à l’allaitement ou s’il ne t’encourage pas dans cette voie, ce sera toujours plus difficile de mener ton allaitement à bien car, au moindre obstacle, ton chéri saisira l’occasion pour te proposer de passer au biberon… Alors c’est un sujet qui doit être anticipé et mûri pendant la grossesse, pour trouver le soutien dont tu auras besoin pendant les coups durs.

Parfois le papa peut se sentir frustré de ne pas nourrir son bébé. Surtout quand il nous voit dans notre bulle de bonheur pendant l’allaitement, cela peut piquer un peu sa jalousie. Dans ce cas, lorsque l’allaitement est bien installé et se passe bien, rien ne t’empêche de tirer ton lait de temps en temps pour lui donner l’occasion de faire boire un biberon à votre petit bout. Et puis, au-delà de l’allaitement, il y a tellement d’autres merveilleux moments à partager avec son enfant (Hmmmm, le changement de couche, c’est trop cool ! Ange), il n’a que l’embarras du choix !

Le portage fait partie de ces moments, qui permet au papa de goûter un peu aux joies de la grossesse en offrant à son bébé un cocon rassurant et protecteur… Une expérience fabuleuse à consommer sans modération !

Les crevasses, c’est pas une fatalité !

Combien de mamans se plaignent des crevasses ? Combien souffrent à chaque tétée jusqu’à abandonner l’allaitement contre leur gré ? Alors on donne ce qu’il faut pour soulager, de la pommade, des bouts de sein en silicone, mais sans forcément travailler sur les raisons…

Pourtant, quand tu commences à avoir des crevasses, c’est que bébé n’est certainement pas bien positionné.

Voici les quelques vérifications que tu peux faire dans un premier temps, le mieux étant de le faire en direct avec une personne qui saura te guider dans les bons gestes à avoir :

  • Est-ce que tu as une position confortable qui te permet d’être détendue ? Supporter le poids du bébé peut paraître simple les 1ères minutes, mais s’avère vite fatigant et crispant.
  • Est-ce que bébé ouvre suffisamment grand la bouche au moment où il prend le mamelon ? Car si le mamelon est pris du bout des lèvres, la tétée ne sera pas efficace et sûrement douloureuse.
  • Est-ce que sa bouche est bien décentrée par rapport au mamelon ? Instinctivement, on a tendance à centrer le mamelon quand il entre dans la bouche alors qu’il faut plutôt chercher à le coller au palais : la lèvre supérieure doit être juste au dessus du mamelon et la lèvre inférieure retroussée beaucoup plus bas sur l’aréole.
  • Est-ce que quand il tête ses joues se gonflent ? Si les joues de bébé se creusent, c’est qu’il ne tête pas correctement et qu’il force sur la succion.

Et quand tu retires le sein de sa bouche, par pitié pour toi-même, fais-le avec douceur ! Passe le bout de ton petit doigt par le coin de sa bouche pour y faire entrer un peu d’air et le tour est joué ! Pas la peine de jouer à l’élastique avec tes nénés… Surpris

 

Un bébé bien positionné au sein

 

Une astuce : si les crevasses sont déjà installées, je vais pas te mentir, y’a pas de miracle, ça fait mal ! Mais pour soulager et aider à cicatriser au plus vite, tu peux étaler une goutte de lait maternel à la fin de la tétée avant de remettre tes coussinets, ou mieux, tes coquillages d’allaitement.

Le pic de croissance ou la fausse baisse de lait

Vers 1 mois, parfois un peu avant, bébé commence à réclamer plus souvent, râle beaucoup pendant que toi tu as les seins tout mous-mous et que tu désespères… Que se passe-t-il ?

C’est en général à cette période que tu vas voir le pédiatre pour la 1ère fois avec ta petite crevette et là, la sentence tombe : “Madame, vous n’avez plus assez de lait !”. Donc il te propose gentiment de compléter avec du lait artificiel et blablablablabla

Alors là, ça me met légèrement en rogne parce que s’il y a bien une chose à savoir dans l’allaitement, LE truc de BASE, c’est que les bébés ont des pics de croissance. C’est quoi ? Ce sont simplement des périodes régulières (au début, chaque mois, et ensuite elles s’espacent) qui vont permettre à bébé de passer au level suivant

Comme je te le disais tout à l’heure, plus bébé tête, plus tu auras du lait donc quand il grandit, arrive un moment où il a besoin de plus donc il tète beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP pour booster la production… Et comme il faut à tes nichons 48 à 72h pour répondre à ce nouveau rythme, pendant ce temps tu as l’impression qu’il a toujours faim et que ta fière poitrine bien remplie s’est transformée en gants de toilette rabougris…

No panique, c’est temporaire ! Il faut juste répondre à la demande, te reposer au maximum (les courses et le ménage attendront) et être le plus possible disponible pour bébé même si t’as l’impression qu’il est pendu à tes mamelles H24… Evidemment, comme depuis le début de ton allaitement, il est impératif de toujours bien t’hydrater et, pour te donner un coup de pouce, tu peux consommer des aliments ou compléments alimentaires favorisant la lactation.

Je te donne mes 2 préférés :

  • Le fenugrec : un complément que tu peux trouver en pharmacie. S’ils n’en ont pas, ils peuvent le commander facilement en général, je te conseille de toujours avoir une boîte d’avance en prévision.
  • Le malt : d’où le remède de grand-mère qui dit de boire de la bière… Mais bon, mieux vaut éviter l’alcool, donc je te conseille plutôt l’ovomaltine, que tu peux acheter en supermarché, c’est un délice ! Sourire

Promis, si tu suis ces conseils, dans 3 jours, on pourra de nouveau t’appeler Pamela Anderson !

Bébé qui ne grossit pas ou maigrit

Il arrive qu’on ait un bébé marmotte, on se dit que c’est une chance parce qu’on peut se reposer un max, mais le souci est qu’il oublie souvent de réclamer la tétée et s’endort même très vite au sein…

Du coup, ta production lactée s’adapte à ce rythme moins intense en fournissant beaucoup moins… Et arrivé chez le pédiatre, CATASTROPHE, bébé n’a pas grossi ou pire, a maigri !

Là encore, si tu tombes sur un pédiatre qui n’y connait pas grand chose, il va te faire flipper direct et ne va rien te conseiller pour augmenter ta production de lait. Simplement, il te préconisera de compléter avec du lait artificiel…

Forcément, comme tu vas donner du lait artificiel à ton bébé, il tètera encore moins au sein. Tu rentres dans un cercle vicieux et en moins de 15 jours, tu diras adieu à l’allaitement, souvent avec regret…

Il y a donc quelques infos à connaître pour éviter cette situation :

  • Vérifier le nombre de couches pleines de pipi : Dès le 3ème jour après la naissance, bébé doit mouiller 5 ou 6 couches jetables ou 6 à 8 couches lavables par jour. S’il n’atteint pas ce nombre de couches, il y a fort à parier qu’il ne tête pas suffisamment.
  • Le mettre au sein, dès les 1ers signes d’éveil : On attend souvent que bébé se mette à râler pour lui donner la tétée. Bien sûr, on ne peut pas toujours anticiper mais il faut essayer de lui proposer le sein dès qu’il commence à se réveiller. Quand il s’agit d’un bébé avec un tempérament calme qui a tendance à ne pas suffisamment réclamer, cette pratique permet d’ajouter plusieurs tétées par 24h.
  • Pratiquer l’hyper-alternance : Quand un bébé s’endort vite sur le sein, l’hyper-alternance permet de le stimuler. Cette pratique consiste à le faire passer d’un sein à l’autre plusieurs fois par tétée pour bénéficier à chaque fois d’un nouveau réflexe d’éjection du lait (le moment en début de tétée pendant lequel le lait coule en jets). Avec cette méthode, les seins seront également plus stimulés pour une meilleure production. Par ailleurs, lorsque bébé tête suffisamment longtemps, cela permet de lui faire bénéficier du lait de fin de tétée, plus gras et donc plus nourrissant, contrairement au lait de début de tétée, plus liquide et sucré. Tu peux voir la différence par le nombre de déglutitions : au début, il va déglutir à chaque succion et petit à petit, il ne déglutira qu’après 2 ou 3 succions.
  • Eviter le biberon : Bien que le biberon ne soit pas exclu si l’allaitement se passe bien (hors périodes de pic de croissance), lorsque ton bébé a déjà des difficultés à téter suffisamment et/ou que tu ne produis pas assez, pas vraiment le moment d’en rajouter une couche. En cas de perte de poids importante du bébé ou dans des situations particulières, comme par exemple la prématurité, il est parfois indispensable de compléter au lait artificiel. Dans ce cas, le DAL (dispositif d’aide à la lactation) est un bon outil pour compléter bébé tout en stimulant ta lactation. Surtout qu’avec un biberon, comme le lait arrive plus vite, il y a de fortes chances pour qu’il devienne encore plus flemmard sur tes lolos.

 

Dispositif d'aide à la lactation

 

Bébé s’énerve au sein

Je te le disais tout à l’heure, ne pas attendre que bébé soit excédé par la faim est un point important pour donner plus souvent, et c’est aussi un bon début pour favoriser une prise de sein sereine et donc plus facile.

Malgré tout, il arrive que bébé s’énerve en début de tétée alors qu’il était calme, que tu as beaucoup de lait donc tu ne comprends pas trop. Il tête, déglutit très vite, puis lâche le sein, râle, se tend… Que lui arrive-t-il ? Il est possible qu’il soit gêné par un réflexe d’éjection fort. J’en parlais plus haut, en début de tétée, ton lait coule en jets. C’est un réflexe naturel qui est parfois trop fort et ton bébé a du mal à suivre le flux de lait qui arrive dans sa bouche. Cela peut même lui faire avaler de l’air qui est plutôt assez désagréable pour la digestion.

Dans ce cas, tu peux exprimer ton lait manuellement juste avant la tétée pour faire passer ce réflexe, c’est-à-dire faire sortir ton lait en faisant un mouvement de pincement régulier sur le mamelon pendant quelques secondes (en n’oubliant pas le lange devant ton sein si tu ne veux pas t’en mettre partout Sarcastique).

Si c’est ce réflexe qui le gênait, tu verras tout de suite une amélioration.

Allaiter quand on est malade

Combien de médecins préconisent d’arrêter l’allaitement quand on chope une grippe ou une gastro ?!! Il n’y a rien de pire ! Lorsque tu es malade, tu transmets des anticorps à ton bébé grâce à ton lait. Si tu arrêtes de l’allaiter à ce moment-là, tu risques au contraire de le fragiliser au plus mauvais moment et de faire en sorte qu’il soit encore plus malade qu’il ne l’aurait été en bénéficiant de ton lait.

Le mieux est de respecter au maximum les règles d’hygiène de base (lavage de mains, pas de bisou, voire port d’un masque) tout en continuant à allaiter au maximum. Ton lait maternel peut aussi beaucoup servir pour nettoyer le nez enrhumé, les yeux purulents, le siège irrité et j’en passe… C’est un remède précieux !

Avoir confiance en toi

C’est plus facile à dire qu’à faire car, quand on devient mère, on subit souvent une forte pression sociale, notamment de l’entourage. Tout le monde y va de son commentaire, de comment faire ci ou ça et l’allaitement ne fait pas exception.

Quand on a envie d’allaiter, c’est souvent accueilli de manière positive dans un 1er temps, mais à la moindre occasion, chacun y va de sa petite phrase assassine :

  • Bébé pleure beaucoup ? Il a faim, ton lait n’est sûrement pas assez nourrissant. Mieux : Il fait des caprices, c’est normal tu l’as toujours dans les bras !
  • Bébé ne fait pas ses nuits ? Tu devrais le passer au biberon, ça le calerait mieux.
  • Bébé a des coliques ? Il faudrait le passer sur un lait spécial, ton lait ne doit pas lui convenir.
  • Tu souffres de crevasses ou d’engorgements ? Pourquoi tu t’entêtes ? Le biberon te simplifierait la vie !
  • Tu es fatiguée ? Bah forcément, tu ne laisses pas son père donner le biberon aussi alors te plains pas…
  • Tu allaites toujours à 3 mois ? Quand est-ce que tu arrêtes ? T’es sûre qu’il est encore bon ton lait ?

Et j’en passe…

Plus tu avanceras dans l’allaitement et plus tu devras affronter ce genre de remarques et même si ce n’est pas toujours agréable, garde confiance en toi et en ta capacité à prendre soin de ton enfant.

Le corps humain est une machine merveilleusement bien faite et la nature a donné aux mamans ce don extraordinaire de fabriquer dans son ventre un individu et de pouvoir le nourrir. Ne doute jamais de tes supers pouvoirs !

 

Voilà, après avoir lu cet article, tu peux maintenant envisager ton allaitement plus sereinement.

Bien sûr, ces informations ne sont pas exhaustives et, comme je te le disais, il ne faut pas hésiter à te faire aider par des personnes compétentes en la matière. Mais avec ces 10 règles d’or, tu peux estimer que tu en sais déjà plus sur le sujet que beaucoup de professionnels de santé. Star

Cet article t’a plu ? Partage-le avec tes amis et conseille-le aux futurs ou jeunes parents, il pourra leur être d’une grande aide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *